• Brune Charlot

Représentativité dans le littérature jeunesse, ça bouge ?



Chez Little Totem on s’engage à représenter la diversité de notre société. Mais quand est-il dans la littérature jeunesse contemporaine ? Topo sur la représentation des minorités dans les livres pour enfants.


#1 La représentation des minorités dans la littérature jeunesse, quelle importance ?


Grâce aux neurosciences, nous savons aujourd’hui à quel point les images impactent notre inconscient. Pouvoir persuasif, le flux de représentations du monde auquel nous sommes confronté.es chaque jour s'immisce qu’on le veuille ou non dans notre conception du monde.


De même, l’enfant depuis sa naissance se construit à travers ses expériences, ses pairs, sa famille et bien sûr les représentations auxquelles il ou elle est confronté.e. Certains livres de notre enfance nous marquent à jamais - pas toujours consciemment - et participent de manière significative à définir qui nous sommes. Et la somme des livres que les adultes nous ont lus a eu une influence sur notre vision du monde.


D’un côté, pour se construire, l’enfant a besoin de s’identifier, il doit avoir la possibilité de se regarder dans un livre comme dans un miroir qui serait le reflet de ce qu’il est. Mais il a aussi besoin qu’on l’aide à concevoir d’apercevoir l’altérité, de regarder le livre comme une fenêtre ouverte sur l’autre. La représentation des minorités est donc majeure pour les enfants faisant partie de ces minorités comme pour les enfants appartenant à des groupes majoritaires ou favorisés.


Alors pourquoi ne représenter essentiellement dans les livres des personnes blanches de type européen, hétérosexuelles et valides si le monde, le pays ou la ville dans lesquels nous vivons abonde de diversité en termes de culture, d’orientation sexuelle, de genre ou de morphologie ?


Invisibiliser les minorités dans les livres illustrés consiste à “ne pas les montrer”, les marginaliser en induisant qu’elles ne sont pas importantes, voire qu’elles n’ont lieu d’exister au sein de notre société que silencieusement et de manière transparente.


#2 Aujourd’hui, on en est où ?


Dans la production de littérature jeunesse contemporaine, on remarque un intérêt nouveau pour des thématiques comme le handicap, l’homoparentalité, les enfants transgenres, la discrimination…Mais est-ce vraiment une avancée ? Dans la mesure où ces minorités n’existaient pas il y a quelques décennies dans le paysage du livre pour enfants, oui, nous pouvons parler d’une avancée représentative. Mais n’est-il pas regrettable que cette visibilité des minorités soit limitée à des livres dont, comme nous le disions plus haut, la thématique EST la minorité ?


Alors bonne conscience marketing ou réel engagement des maisons d’édition ? Chez Little Totem nous ne cherchons pas des livres qui thématisent expressément la question des minorités mais des livres qui les représentent sans clichés, ni marginalisation. Bref, des livres qui décrivent une société réaliste et représentative, quel que soit le sujet..


Malheureusement, la plupart des maisons d’édition manquent d’engagement en termes de représentation des minorités. Et pour celles qui se positionnent, il n’est pas rare d’observer une forme d’autocensure ou de censure des éditeurs et traducteurs. Jugée moins vendeuses par exemple comme non vendeur, les couvertures originales étrangères présentant une personne racisée ou un couple homosexuel sont souvent modifiées et édulcorées dans leur version française. Le texte peut être lui aussi considérablement changé. Enfin, des biais totalement inconscients échappent aux relectures successives…


#3 la représentation des personnes asiatiques, un florilège de clichés


Dans les livres pour enfants, la représentation des personnes asiatiques souffre de nombreux clichés, voici une liste non exhaustive des stéréotypes d’hier et d’aujourd’hui encore véhiculés : de petite taille au teint jaune, deux traits pour les yeux, les cheveux en tresse ou une coupe au bol, des habits traditionnels, un français médiocre, des personnages discrets amateurs d’arts martiaux… On pense par exemple aux bande-dessinées Tintin et Lucky-Luke, certes légèrement datées mais qui ont abreuvé la littérature jeunesse de représentations erronées des populations asiatiques. Plus récemment, il y a le personnage Chen dans la série culte de Cédric. Personnage qui regroupe presque tous les clichés que nous dénonçons plus haut…


#4 Pour une juste représentation des minorités


Pour nous, les minorités doivent être représentées et représentatives de la réalité. Tout l’enjeu se trouve ici. Mais pour cela, il faudrait que les auteurs, autrices et illustrateurs, illustratrices concerné.es soient plus représentées. Ce qui est encore marginal aujourd’hui…


Pour résumer, la production de livres pour enfants contemporaine a fait des avancées notoires en question de représentativité des minorités. Bien que des livres perpétuent une représentation stéréotypée, de manière consciente ou inconsciente, beaucoup d’acteurs et d’actrices du livre jeunesse ont conscience de leur rôle et agissent en faveur de la visibilisation des minorités. Les enfants n’ont pas le recul nécessaire pour comprendre si les représentations auxquelles ils sont confrontés sont normées, justes ou stéréotypées. C’est à nous parents, grands-parents ou acteurs du livre d'offrir à la future génération une nourriture digne et représentative du monde de demain !


Pour en savoir plus sur nos engagements, cliquez ici





15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout