• Anaïs Taillefer

Les Expertes : Stéphanie, bibliothécaire jeunesse



Little Totem : Bonjour Stéphanie, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Stéphanie : Je m’appelle Stéphanie, j’ai 33 ans et je suis bibliothécaire jeunesse depuis 5 ans, après un bref passage à l’Éducation nationale. Je m’occupe des documents et des animations pour les publics de 0 à 18 ans. Je travaille en Gironde, près de la mer.


Little Totem : Au travail, comment choisissez-vous les livres ?

Stéphanie : Plusieurs critères entrent en compte pour choisir les livres : les qualités graphiques, le propos, et aussi (voire surtout) la réponse à la question : « est-ce que ce livre va rencontrer ici son public ? » C’est un équilibre entre faire découvrir des nouveautés, mais on a à cœur de ne pas dépenser l’argent public pour des livres qu’aucun enfant n’ouvrira.


Little Totem : Un red flag qui vous fera retirer un livre de votre sélection ?

Stéphanie : En documentaire : l’obsolescence, c’est-à-dire l’âge du livre. Plus simplement, si le livre compte encore l’URSS comme pays, hop, il sort…

En fiction c’est plus compliqué. En tant que bibliothèque, on a le devoir de proposer aux publics une offre diversifiée. Ainsi, on peut trouver des livres d’arts côtoyant des Tchoupi, et cela me semble très important : l’un peut mener à l’autre et les enfants, comme nous adultes, peuvent avoir besoin parfois de simplicité. Cependant, il est aussi dans nos missions de proposer des nouveautés, des perles vers lesquelles le public n’irait pas spontanément. Une fois ces principes établis, nous veillons à un équilibre des fonds et refusons les documents stigmatisants (racistes, homophobes, misogynes,…).


Little Totem : Notre offre de box vous semble-t-elle compatible avec des sorties en bibliothèque ?

Stéphanie : Tout à fait : l’économie du livre se nourrit des lectures et des histoires ! D’ailleurs, les études montrent que les plus grands emprunteurs en bibliothèques sont les mêmes qui fréquentent les librairies et achètent des livres.


Little Totem : La bibliothèque, ça évoque beaucoup de souvenirs d’enfance…qu’est ce que cette expérience a d’unique ?

Stéphanie : Travailler auprès d’enfants est en soi une joie constamment renouvelée. Mais en bibliothèque, on ne travaille pas qu’avec les enfants mais aussi les adultes qui les accompagnent (parents, grands-parents, enseignants, éducateurs…). Quand même les adultes plongent dans les histoires choisies pour les enfants, j’ai l’impression d’avoir réussi ma séance de lectures. Et quand les enfants me reconnaissent et me parlent encore, des semaines après, d’un livre choisi pour eux : quel bonheur !


Little Totem : Avez-vous une lecture à conseiller ?

Stéphanie : J’ai un penchant très net pour les albums qui brisent le quatrième mur* : Mon chat le plus bête du monde de Bachelet, Une super histoire de cow-boy de Perret, Comment élever son mammouth de compagnie de Gréban…

Pour les plus petits : Pomme pomme pomme de Dreyfuss (et, plus généralement, tout le travail de cette autrice !), Je suis un lion de Louchard ou encore Pourquoâââ de Voutch.

Quand je choisis les histoires à raconter aux enfants, j’aime imaginer des livres qui vont les faire réagir, se questionner et rire. Comme si j’offrais une parenthèse enchantée, au milieu de pages qui amènent à rêver.


*Au théâtre ou au cinéma, c'est lorsque le personnage s'adresse directement aux spectateurs et spectatrices et qu'il brise donc la distance entre ces deux mondes.


35 vues0 commentaire